Barrage de la Mouche

(Retour à la liste des Ouvrages spécifiques) - (Retour à la carte du réseau)


Utilité :
Lors de la construction, à la fin du 19ème siècle, du canal de la Marne à la Saône, il fallait traverser le Plateau de Langres.Cette traversée nécessitait un grand nombre d’écluses, ce qui demandait des réserves d’eau considérables et le plus près possible de la partie haute du canal c’est à dire aux environs de LANGRES.

Descriptif :
Le barrage de Saint-Ciergues se différencie des 3 autres barrages de la région langroise par le fait que c’est le seul qui n’est pas en terre. L’ouvrage de Saint-Ciergues est en effet une digue en pierres de type barrage poids. Et il a une particularité remarquable : un demi viaduc lui a été accolé coté vide ce qui lui confère un avantage indéniable au niveau de l’esthétique.
Ses 40 arches, dont une non pleine pour l’évacuateur de crues, lui offrent en effet une beauté saisissante renforcée par la qualité exceptionnelle de la taille de la pierre.



Caractéristiques :
Début des travaux : 1881 Mise en eau : hiver 1890/1891 Alimenté par 2 rivières le Morgon et la Mouche d’où le nom de réservoir de la Mouche Possède 2 tours de prise d’eau et un évacuateur de crues en cascades

  • Longueur du barrage : 410m
  • Hauteur du barrage : 23m
  • Largeur de la partie supérieure : 7.60m
  • Largeur maxi (base des fondations) : 20m
  • Profondeur maxi d’eau : 22m
  • Surface maximale en eau : 97ha
  • Volume maximal en eau : 8 500 000m3

Construction :
La construction du barrage a été commandée par le Ministre des travaux publics en 1880. Le jury d’expropriation se réunit à la mi 1881. Saint-Ciergues se voit amputer d’un tiers de ses terres et Perrancey d’un quart. Les propriétaires refusent d’abord prolongeant ainsi la négociation.Il faut dire qu’il existe alors sur le site une papeterie et 3 moulins. Le chantier commence donc avec du retard. De plus entre 1884 et 1886, des pluies submergent les fondations et des glissement de terrain vont jusqu’à provoquer des lézardes dans les murs des maisons environnantes. 215 ouvriers procédaient à la construction.Logés dans des baraquements et composés à grande majorité d’italiens, ils ont bouleversés la vie tranquille de ce petit village de 315 habitants ! Les pierres nécessaires à la construction étaient acheminées, de la carrière de la Fontaine aux Bassins, à 2 Km de là, par un petit train (voir ci-dessous).

La chaux, elle, est véhiculée par péniches jusqu’à Humes à 5 Km du chantier.La mise en eau commence en 1890 soit 10 ans après la commande ministérielle, mais cela ne marque pas la fin des travaux. En effet, dans l’hiver très rigoureux qui suit, des fissures apparaissent, obligeant la construction supplémentaire d’une contre-digue. Le plan d’eau est donc vidé en 1905 pour construire cet ouvrage supplémentaire selon un procédé allemand.C’est un bloc composé de 3 niveaux de galeries qui est accolé, coté eau, à l’ouvrage existant. Plus tard, une rigole, puis des tuyaux, conduiront l’eau pour approvisionner le canal de la Marne à la Saône.


L’historique complet est disponible en téléchargeant ce PDF réalisé par l’office de tourisme Pays de Langres : Télécharger le document

Source infos : http://www.photo-eau.fr/saint-ciergues/barrage1.htm

Plan du site   |   Info Editeur  |   Contact
©Voies navigables de France (VNF), Établissement Public Administratif - Direction territoriale Nord-Est